Entre médiation et contemplation

Quel bel été !

Tout en nuances sur tous les plans : physique, relationnel, émotionnel et spirituel.

Je trouve que le ciel a parfaitement exprimé ces nuances. Les yeux levés jusqu’à en trébucher dans mes marches, j’ai pu admirer des paysages célestes incroyables, de jour comme de nuit, d’une palette de couleurs magnifiques, chargés ou à peine effleurés de nuages de toutes les formes.

Le ciel était alors mon miroir.

Vallée de la Clarée, Nevace, lac, montagne, reflet, ciel

 

 

Un été pour apprécier ce qui a été construit et pour peaufiner (j’aime bien ce mot : rendre la peau plus fine !), enraciner, développer Miss Terre Origin’Elle. J’ai des idées mais ce sera l’objet d’un autre message.

C’est aussi un été pour vivre le changement, dire au revoir à 30 ans de vie d’enseignante et brasser les souvenirs, les émotions qui y sont attachées, faire la place pour accueillir le nouveau. Ainsi, dès la rentrée je serai à la disposition des élèves qui ont des besoins particuliers notamment  des enfants qui vivent l’école dans la souffrance.

Ce fut aussi un été avec beaucoup d’énergie à accueillir ; le portail du lion était puissant n’est ce pas !

Beaucoup de messages de toutes parts nous incitaient à méditer pour profiter de ces moments. Alors en bonne élève je me suis organisée pour vivre des temps de méditation.

 

Méditer !

J’avoue que pour moi, c’est difficile, même très difficile. Malgré un rituel simple mais rigoureux, j’ai beaucoup de mal à rester en place et si je le fais je suis très vite assaillie par mes pensées ou je m’endors. C’est tout de même un peu plus facile lorsqu’il s’agit d’une méditation guidée mais on n’a pas toujours le guide sous la main, ah ah !

 

Alors je pars en « balade errance » !

Telles  les petites filles des contes, je vais me « perdre » dans la forêt. Tous mes sens sont alors en éveil et je ne peux plus penser. C’est reposant pour le mental mais c’est comme ça que je bute, la tête dans les nuages ou dans la cime des arbres. Les marches errances me rendent plus clairvoyante ; la forêt me nettoie du trop pour laisser émerger l’essentiel (les sens ciel ou l’essence ciel ou encore les sans-ciel : vous en voyez d’autres ?).

papillon, Gilles Roussy, nature,

 

Contempler !

Vallée de la Clarée, Nevache, montagne lac

C’est adapté à tous !

Après avoir marché un peu ou beaucoup si le corps a besoin de se calmer, s’asseoir et contempler la nature qui nous entoure. Alors le silence se fait en moi, un silence total, absolu troublé par aucune pensée aucune intention.  Je regarde, j’écoute, je sens, je ressens… je suis bien. Je me sens pleinement à ma place, je vis dans un monde qui est le mien ; et si je pouvais penser à ce moment-là  je me dirais que tout est bien,  que je suis là où je dois être dans un monde où chaque être vivant à sa place. Et je peux rester longtemps, très longtemps dans la contemplation.

Lorsque je reviens de ces moments, je me sens totalement régénérée ; alors je suis dans ma complétude. Et ça fait un bien fou !

Je nous souhaite à tous un bel automne. A bientôt !

Recent Posts

Leave a Comment